Este blog no está subvencionado por la Confederación Helvética.

lunes, agosto 25

Elégies de novembres


Pourquoi faut-il que l’année se refermant ici
me sépare à jamais de ces jours clairs de novembre
où le soleil jaunissait à la crête des sapins
comme un soleil d’avril?

voyez la bataille des heures enfuies qui tempêtent à ma vitre
leur front d’écume dans l’air
leur saleté de cendre
voyez les heures qui résonnent
cordes bois trompettes
leur crinière en lambeaux claque comme des fouets
et voudrait gifler mes tempes

bataille des heures passées
- curieuse douceur d’une aile de papillon
griffant la peau sombre de la vitre qui ne s’ouvrira plus

***

Novembre et ma vie était jeune dans vos mains souples
notre chant était solide
et nous vivions la tête légère dans le ciel gris des voûtes

novembre et vos mains dansent encore
devant moi jusqu’au vertige
elles savaient en s’élevant
l’ampleur de tout l’obscur à venir
vos mains - rondeur d’oiseau
tremblent comme une caresse de soie à ma voix tue

novembre et ma vie est un peu d’eau
sur les lèvres du temps
et toujours suspendue au bruouillard limpide des pierres
cette musique aux ongles de ténèbres

Claire Genoux
(Lausanne, 1971)

No hay comentarios:

Desde el 06/11/06...