Este blog no está subvencionado por la Confederación Helvética.

martes, diciembre 4

Un porteur de lumière


L'aurore captivée sur un peu de papier moisi
N'est peut-être bien qu'une belle phrase hallucinée
Une cadence molle aussitôt évanouie, une flamme
Pour courir à travers les sacristies de la mémoire
Mèche au bout d'un percheron de bois blanc...
Certes, un courant d'air à tout instant menace l'éphémère
Voilette relevée sur le visage étourdi
Des saisons; et pourtant, tout bien pesé, ce reflet
D'origine, à peine un souffle, apaise en la berçant
L'âme fine étranglée par les ans; et les lourdes fumées
Des feux d'herbe élevés sur les rives de novembre
Emportent la semence et un flux moins délétère
Aux grilles des jardins, un corps d'éternité.

Ferenc Rákóczy
(Basilea, 1967)

No hay comentarios:

Desde el 06/11/06...